La polyvalence d'un ampli

 

 

Créer un son ?

Les points abordés :

-Le son et le timbre.

-La cause de la diversité ?

-Est-il possible de jouer tous les styles de musiques sans investir dans des dizaines d’amplis et des centaines de pédales ?

-Que faire pour avoir un matériel polyvalent.

 

Le dilemme du guitariste

             Si vous aimez comme moi beaucoup de styles musicaux passant du métal au blues rock et jazz, vous êtes sans doute confrontés à un problème récurrent dans le monde de la guitare électrique, le choix du matériel. Pourquoi votre marshall si chouette pour le métal ne sonne pas pour vos rythmiques claquantes, pourquoi votre fender au blues onctueux ne vous permet pas de jouer du métal ?

Vous voudriez sans doute comme moi, un ampli capable de taper dans tous les styles ?

Pour comprendre comment c’est possible, il faut se pencher sur les schémas de nos effets ou amplis préférés, après avoir construit plusieurs pédales et analysés plusieurs schémas, on se rend vite compte des points communs que comportent certains effets. Certains se ressemblent tellement que l’on peut passer de l’une à l’autre en changeant une poignée de résistance et condensateur. (par exemple à partir du circuit imprimé de la tubescreamer de chez  ibanez  j’ai construit une sd1 de chez boss.)

La disposition sur le schéma est différente, mais en regardant bien on voit que le schéma de principe est le même aux valeurs des composants près. On peut donc dire que ces deux effets sont de la même famille (comme beaucoup d’autres) on pourrait donc à priori essayer de coupler tous ces effets en une seule pédale (rêve ou réalité ?).

Pour bien comprendre comment on passe d’un son à l’autre, jetons les bases du son provenant  d’une guitare.

1.       Du bout des doigts au bout du câble

Tout dabord, nos doigts actionnent des cordes ferromagnétique, ces cordes vibres devant un aimant (les plots des micros) ces plots sont entourés d’une bobine de fil

 (ici on voit bien les tubes aimantés entourés par le bobinage)

, sans entrer dans les détails de l’électro magnétisme, disons que les cordes perturbent les lignes de champ ce qui entraine une variation du flux d’induction magnétique et selon la Loi de Lenz  (on s’en fout je sais) la variation de flux d’induction magnétique se traduit par l’apparition d’un courant induit dans la bobine donc une tension alternative apparaît aux bornes de la bobine. Pour en savoir plus sur les montages des micros (il est possible d’en fabriquer soi-même) et  leur fonctionnement je vous conseille ce site qui explique bien tout de façon grossière puis plus poussée, bref il y en a pour tout le monde http://www.jpbourgeois.org/guitar/theorie.htm

Signal guitare, préampli, ampli

 Le signal sortant d’une guitare électrique varie de 100mv à 300mv grosso modo suivant le type de micro utilisé (passif). On a donc un signal de quelques centaines de millivolt . Pour faire bouger une lourde membrane (haut parleur),ce signal a besoin d’être amplifié.

Cependant, avant d’être amplifié, le son a besoin d’être sculpté pour atteindre les sonorités recherchées. Dans un premier temps on admettra que c’est le préampli qui va se charger de sculpter le son, l’ampli lui se chargera juste de donner de la puissance  au signal qui sortira du préampli. ( en réalité un ampli à lampe contribue beaucoup à la distribution des harmoniques du signal).

Le préampli et le travail du son.

-Le préampli module la dynamique du signal, il compresse le son, le sature voir l’écrête.

-L e préampli modifie le timbre du son,

Le son c’est quoi ?

En fait, le son est une onde caractérisée physiquement par sa fréquence de vibration ; elle se mesure en Hertz (en nombre de vibrations par seconde).  Plus la fréquence est élevée, plus le son est aigu.

                Cependant le son c’est plus qu’une fréquence, sinon comment distinguerait-on un violon jouant un la d’un piano jouant le même la. Cette différence est ce que l’on appel la différence de timbre , le son n’est donc pas composé d’une seule fréquence, il résulte de la combinaison d’un son principal, ou fondamental, qui fixe la fréquence perçue par l’oreille et d’un grand nombre de ses harmoniques dont les pondérations relatives déterminent, précisément, son timbre. En résumé le préampli va changer la distribution des harmoniques ainsi que la dynamique.

 

Pour y voir plus clair, nous allons définir explicitement Compression,Saturation.

La compression :

Diminution des variations d’amplitude du signal, en gros on va diminuer le facteur d’amplification pour les grandes amplitudes, pour éviter que lorsqu’on attaque très fort une corde on atteigne la saturation. On aplatit donc la dynamique du signal. Dire que le compresseur aide a obtenir un son dynamique comme on l’entend souvent sur des forums de guitare est donc un non-sens, le compresseur de par sa définition, diminue la dynamique, les gens associent souvent compression et augmentation de la dynamique car la plus part des compresseurs sont doublés de sustainor qui nous permettent de maintenir une note plus longtemps, mais là encore la dynamique est lissée, je parlerai de ceci avec des schémas et des graphes dans un autre article.

La saturation :

C’est un écrêtement brusque du signal, parfois les gens parlent de compression ( à tort ) s’il est vrai que la saturation diminue la dynamique du signal, le principe et le résultat n’est pas du tout le même, la compression garde la distribution des harmoniques intacte, alors que la saturation casse brusquement le signal et induit ainsi des harmoniques artificielles. (C’est pourquoi il faut baisser les hautes fréquences avant la distorsion pour éviter des phénomènes de dissonances, puisque la disto va de toute façon rajouter beaucoup d’harmoniques, j’en parlerai dans un autre article aussi).

Maintenant que l’on connait le rôle du préampli, on peut décrire un modèle de préampli, tous les préampli sont basés sur ce modèle, il est donc la base de notre recherche qui est - rappelons le - trouver un ampli capable de jouer tous les styles, pour l’instant notre modèle correspond bien à notre critère.

Le modèle d’un préampli :

                Le son rentre, il passe par une série de filtres en fréquences qui vont moduler la distribution des harmoniques, ensuite on passe par un module d’amplification qui va simplement augmenter la tension de notre signal (si cette amplification est assez grande il y a saturation et écrêtage du signal) , ensuite nous avons une nouvelle une série de filtre en  fréquence .

Je n’entrerai pas dans l’aspect « traitement de la dynamique du préampli »dans cet article car il y a suffisamment à en dire pour en faire un autre article.

Par souci de clarté je découple donc les sujets pour me concentrer sur les filtres.

Ils sont la clé qui nous permettra d’obtenir tous les types de son possible ou plutôt tous les timbres possible. Apres avoir analysé des schémas de distorsion on se rend compte que toutes ces pédales sont basées sur notre modèle « filtre amplification filtre ».

Au début j’ai eu un peu de mal à accepter que tous les sons pouvaient être atteints par ce simple modèle (en mettant à part l’aspect dynamique). Ca veut dire quoi ? Ca veut dire qu’on a tous chez soi plein de pédales qui font la même chose, et la seule différence réside dans le choix et la plage de fréquence choisie pour les deux espèces de filtres.

Le principe de pré et post équalisation.

Nous discernerons les deux filtres par des noms différents, le premier avant l’amplification sera le filtre de pré-équalisation et le second le filtre de post-équalisation. (simple non ?)

Il faut bien comprendre que ces deux filtres mêmes, s’ils sont composés des mêmes éléments, ne servent pas du tout à la même chose.

 

Le pré-équaliseur :

 le plus important, il gère la distribution des harmoniques avant saturation. C’est à ce filtre qu’incombe le rôle de donner de la couleur au son, j’entends par là de lui donner un type :

-métal (les basses et les aigues en avant)                                                                                                             

 -rock (les médiums et les aigues en avant)                                                                                                           

-jazz (les basses et les médiums en avant).                                                                                                                                                                                                                

Etc etc                                                                 

Sur un ampli du commerce c’est à ce filtre que correspondent les boutons bass mid et trebble.

Le problème est que sur les amplis du commerces ces trois boutons correspondent à des fréquences et des bandes de fréquences (facteur Q) fixées a l’avance, les boutons ne servant juste à déterminer le niveau de coupure de ces fréquences. C’est la que réside la principale différence de son entre un vox, un marshall et un fender, leur tonestack (appelation des trois boutons bass mid trebble) agit sur des fréquences différentes.

Ce qu’il nous faudrait donc pour imiter chacun de ces trois amplis, c’est un tonestack ou l’on peut choisir la fréquence et le facteur Q que contrôle un bouton. Cela existe et cela s’appel un équaliseur paramétrique. Remplacer le tonestack de votre ampli pour un équaliseur paramétrique 3 bandes serait donc un excellent choix pour pouvoir aborder tous les styles musicaux à moindre coût.

Cependant rare sont ceux capable de bisouiller leur ampli de tel façon, de plus un équaliseur paramétrique requiert 2 potentiomètres supplémentaires pour pouvoir contrôler la fréquence et le facteur Q de chaque bande, il faudrait donc percer le châssis, etc.

Pour éviter cela je vous conseille d’acheter un équaliser paramétrique trois bandes et de le placer en amont de votre préampli, et ensuite de mettre votre tonestack (celui de l’ampli) en position neutre (bien souvent c’est bass à 0 ,médium à 12h,et trebble à 0) . Essayez donc cela dans votre magasin de musique, vous allez être surpris de la palette sonore que vous tirerez d’un marshall mono son.

 Bien sur cela demande un peu d’habitude quand au réglage mais les possibilités de son deviennent immenses (pour ne pas dire infinie, sinon je ne saurais plus quel adjectif employer après vous avoir parlé du post équaliser ).

 sur la photo le potard BW signifie Band width il détermine la largeur de la bande (c’est ce que j’appelle le facteur Q, c’est en fait la fréquence de résonnance divisée par la bande passante ce qui explique que les facteurs Q de faible chiffre (1 ou 0.5 couvre une large bande et les facteurs élevés 8 par exemple, se limite au alentour très proche de la fréquence de résonnance choisie.)

 

Le post équaliser :

 Son rôle est plus fin, il va nous servir à placer notre son dans le mix, il va répartir les fréquences correctement. Comme vous le savez peut-être les fréquences de la guitare s’étendent de 80hertz a 20khertz, le problème est que lorsque l’on joue en groupe il y a souvent une batterie une voix, un bassiste. Et à la prise de son avec toutes les fréquences qui se recouvrent, on se retrouve avec une grosse bouillasse infâme, il faut donc libérer  les basses fréquences pour la basse et la grosse caisse, les hautes pour la voix et les cymbales. (Je parlerai dans un autre article de cet effet de recouvrement de fréquence.) bref ce post équaliser nous servira à faire ressortir correctement notre son dans le groupe. Et quand on joue seul il servira à choisir l’importance de certaine fréquence dans notre son (plein de bass pour un gros son métal, etc.)

Si un équaliser paramétrique trois bandes est amplement suffisant en pré équalisation, on choisira un équaliser à fréquences fixes mais au nombre de bandes plus élevées pour la post équalisation. ( 6 bandes voir plus, 10 bandes c’est bien, voir 31 bandes mais je vous le déconseille, c’est franchement pas nécessaire pour monsieur tout le monde et c’est très lourd d’utilisation.)

(un exemple d’équaliser graphique)

Vous voila prêt à posséder l’ampli qui joue de tout.

Pourquoi les vendeurs d’ampli ne font-ils pas ça ?

Mésaboogie offre ce type d’équaliser (enfin il rajoute un équaliseur graphique 5 bandes comme post équaliser.)

 

sans vouloir leur jeter des fleurs, c’est ce qui explique leur incroyable polyvalence.

Les autres aiment avoir un son typé, il n’y a pas de honte à posséder un marshall avec un seul son si c’est celui que l’on aime, il faut juste être conscient lors de l’achat du peu de polyvalence qu’offre ces amplis. Encore une fois tout est phénomène de marché, de choix et de marketing.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site